Vous cherchez...

 
Un laboratoire
   
   
 
 
UMR1222 Eco&Sol Ecologie Fonctionnelle et Biogéochimie des Sols et Agrosystèmes
- Complément d'adresse :
INRAE 2 place Viala Afficher la suite
INRAE 2 place Viala 34060 MONTPELLIER CEDEX 1 Réduire

- Missions :
Missions Les organismes vivants modifient la mobilité, l'accessibilité et la disponibilité des Afficher la suite
Missions Les organismes vivants modifient la mobilité, l'accessibilité et la disponibilité des ressources des écosystèmes : ils influent sur leur structure et leur fonctionnement. Maîtriser le fonctionnement des écosystèmes impose donc de comprendre à la fois : · les mécanismes impliqués dans la dynamique des ressources naturelles, ainsi que des polluants, et leur biodisponibilité pour les organismes vivants, · les processus de régulations internes et externes du fonctionnement des écosystèmes, en particulier l'effet des variations de disponibilité des ressources sur la dynamique et l'activité des communautés d'organismes. En terme de recherche, l'UMR Rhizosphère & Symbiose s'intéresse à la dynamique d'éléments minéraux, de matières organiques et de polluants métalliques au sein des écosystèmes terrestres, naturels et cultivés, agricoles et forestiers. Plus précisément, notre UMR se focalise sur le fonctionnement de la rhizosphère, entendue comme le volume de sol directement soumis à l'action des racines. Pourquoi la rhizosphère ? Parce qu'elle est le lieu privilégié des échanges de matière et d'énergie entre le sol et son couvert végétal, et le passage obligé de la plupart des cycles biogéochimiques. L'hypothèse de travail est que les plantes et microorganismes exercent des actions spécifiques, localisées et de forte intensité, qui ont pour conséquence de modifier, localement et à court terme, les conditions physico-chimiques et les fonctions microbiennes dans la rhizosphère. Ces processus ont pour conséquence de mobiliser nombre d'éléments minéraux et substances organiques, nutritifs, toxiques ou polluants. Ces changements dans la biodisponibilité des ressources minérales et organiques influent en retour sur la structure et l'activité des communautés microbiennes de la rhizosphère, et, corrélativement, sur la nutrition minérale des plantes. Renouvelées continûment au cours du temps, ces interactions se traduisent à long terme par des modifications durables et en profondeur de la structure et du fonctionnement des écosystèmes : renouvellement des ressources, maintien de la biodiversité, préservation de la fertilité des sols. Les principales questions que se pose l'UMR Rhizosphère & Symbiose sont : · Quelles sont les actions exercées par les plantes et microorganismes qui modifient la biodisponibilité des éléments minéraux dans la rhizosphère ? Quels sont les génotypes végétaux et les auxiliaires microbiens les plus efficaces, et pourquoi le sont-ils ? · Quelles sont les contraintes chimiques et biologiques qui déterminent la structure et l'activité des communautés microbiennes de la rhizosphère, et favorisent les fonctions racinaires d'intérêt pour l'agriculture ou l'environnement ? Dans le cadre du Contrat quadriennal 2003-2006, notre programme de recherche s'articule autour de deux axes de recherche : · L'étude de la dynamique des éléments minéraux dans la rhizosphère : nutrition phosphatée et réponse des plantes et de la symbiose rhizobienne à la déficience en phosphore (mécanismes d'acquisition de P et efficacité d'utilisation de P), biodisponibilité de polluants métalliques (Cu, Zn et radionucléides), modélisation du fonctionnement bio-physico-chimique de la rhizosphère. · L'étude de la symbiose ectomycorhizienne en tant que facteur d'adaptation des arbres aux contraintes du milieu : adaptation du fonctionnement de la symbiose à des milieux limitant en phosphore et en eau (mobilisation du P organique, transport et accumulation de P, réponse des champignons ectomycorhiziens à ces contraintes environnementales), adaptation des populations de symbiotes aux contraintes édaphiques et anthropiques (diversité, adaptation, compétitivité et efficacité symbiotique). Réduire

- Moyens :
L'Unité de Recherche Rhizosphère & Symbiose est une unité Mixte (UMR), c'est-à-dire qu'elle est Afficher la suite
L'Unité de Recherche Rhizosphère & Symbiose est une unité Mixte (UMR), c'est-à-dire qu'elle est composée de personnels qui appartiennent à plusieurs institutions différentes : l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et l'Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier (Agro.M). Le personnel INRA dépend lui-même de plusieurs départements de recherche : Environnement & Agronomie (EA) et Ecologie des Forêts, Prairies et milieux Aquatiques (EFPA).

Notre UMR comprend à ce jour 23 personnels permanents : 12 chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs et 11 techniciens et administratifs. Parmi ce personnel, 14 relèvent du département Environnement & Agronomie, 6 du département Ecologie des Forêts, Prairies et milieux Aquatiques et 3 de l'Agro.M. L'UMR Rhizosphère & Symbiose accueille également des personnels temporaires, étudiants-stagiaires, doctorants et post-doctorants, dont l'apport à l'activité de recherche est considérable.

L'UMR Rhizosphère & Symbiose privilégie une approche expérimentale, quantitative et systémique du fonctionnement de la rhizosphère. Cette approche est fondée sur l'étude coordonnée des actions exercées sur leur environnement par les racines, les organes symbiotiques et les microorganismes, et de la réponse des racines et des organes symbiotiques aux contraintes de cet environnement. Cette approche implique de prendre en compte les interactions entre les trois partenaires de la rhizosphère : la plante, le sol et les microorganismes. Les moyens matériels à notre disposition consistent en dispositifs de terrain, installations expérimentales, gros équipements, divers ateliers instrumentaux, et un fond documentaire très complet.

Dispositifs de terrain : ils consistent en terrains d'expérimentation, publics ou privés, supportant des expérimentations agronomiques classiques, des boisements expérimentaux ou des essais de recherche participative.
· Expérimentations agronomiques
· Boisements expérimentaux
· Recherche participative

Installations expérimentales : elles consistent pour l'essentiel en armoire phytotronique, cabinets de culture et serre climatisée qui permettent de contrôler l'environnement physique, chimique et biologique de cultures expérimentales de plantes, éventuellement associées à des microorganismes symbiotiques comme des bactéries du genre Rhizobium (association avec des Légumineuses) ou des champignons ectomycorhiziens (association avec des arbres forestiers).
· Armoire phytotronique
· Cabinets de culture de moyenne puissance lumineuse
· Cabinet de culture de forte puissance lumineuse
· Serre climatisée

Gros équipements : ils consistent en équipements lourds, copropriété de plusieurs Unités de Recherche. Ces équipements ne sont pas nécessairement localisés à proximité de notre UMR. Ils sont généralement servis par des ingénieurs spécialisés. La participation scientifique, technique et financière de notre Unité au fonctionnement de ces équipements lui donne un droit d'accès au temps d'analyse. Ces équipements sont :
· Spectromètre de Masse des isotopes légers
· Chromatographe en phase Gazeuse couplé à un Spectromètre de Masse (CG-MS)
· Spectromètre de Masse des Ions Secondaires (SIMS)
· Spectromètre de Résonance Magnétique Nucléaire (RMN)

Ateliers instrumentaux : ils consistent en savoir-faire et instrumentation de base rassemblés autour de thèmes scientifiques :
· Techniques de culture en rhizotrons
· Analyses minérales ou organiques de sols, cendres ou solutions
· Analyse de gaz ou de composants volatiles
· Biologie moléculaire de microorganismes
· Modélisation des processus

Fond documentaire : notre fond documentaire est ancien et riche de plusieurs milliers de volumes. Il est à disposition des chercheurs de notre Unité, aussi bien que des étudiants que nous formons. Réduire

- Collaborations :
Comme toute unité de recherche, notre UMR Rhizosphère & Symbiose a nouée de solides relations avec Afficher la suite
Comme toute unité de recherche, notre UMR Rhizosphère & Symbiose a nouée de solides relations avec d'autres unités de recherche qui travaillent dans des domaines proches ou complémentaires du nôtre. Au niveau local , ces relations ont été formalisées sous la forme de la constitution et de l'adhésion à un Institut Fédératif de Recherche, l'IFR 124 ECOSYSTEM de Montpellier. Au niveau national et international, ces relations sont concrétisées par des réseaux relationnels, dont le réseau FABAMED soutenu par l'INRA et le réseau COST 631 UMPIRE soutenu par l'Europe.

· L'Institut Fédératif de Recherche 124 Fonctionnement et gestion des écosystèmes terrestres naturels et cultivés tropicaux et méditerranéens (ECOSYSTEM) : cet IFR rassemble l'ensemble des 13 Unités montpelliéraines CNRS, INRA, IRD, CIRAD et Agro.M, qui étudient le fonctionnement des écosystèmes terrestres et cherchent à préciser des modalités de gestion à long terme. Il est structuré autour de 3 champs thématiques : l'évolution des états du milieu au sein des écosystèmes naturels et cultivés, le fonctionnement des peuplements et communautés au sein des écosystèmes naturels et cultivés, et la dynamiques sociales dans les écosystèmes.

· Le réseau FABAMED Fabacées pour la Méditerranée : ce réseau FABAMED pratiquement rassemble toutes les équipes de l'Ouest de la Méditerranée (Algérie, Espagne, France, Italie Maroc, Tunisie) qui s'intéressent aux Légumineuses pour leur capacité à fixer symbiotiquement l'azote atmosphérique. Ce réseau s'est récemment ouvert vers l'Est de la Méditérranée. Il a contribué à plusieurs programmes de coopération Nord-Sud, nationaux ou européens.

· Le réseau COST 631 UMPIRE Understanding and Modelling the Process Interactions in the Rhizosphere Environment : ce réseau COST rassemble plus de 200 chercheurs et enseignants-chercheurs de tous les pays d'Europe qui étudient les processus qui se déroulent dans la rhizosphère. Son principal objectif est d'améliorer la compréhension des interactions entre plante, sol et microorganismes, ainsi que leur modélisation mathématique. L'accent est mis sur le fonctionnement bio-physico-chimique de la rhizosphère.

Par ailleurs, notre UMR Rhizosphère & Symbiose est fortement investie dans la formation universitaire, doctorale et continue. Cet investissement dans la formation est ancien et résulte pour une large part de la situation de notre laboratoire sur le Campus de la Gaillarde, qui abrite l'Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier (Agro.M). Il est conséquent, et porte sur tous les niveaux de l'Enseignement supérieur. Il comprend quatre volets:

· la Formation supérieure en Ecole d'ingénieur : notre UMR Rhizosphère & Symbiose appartient au département Sciences pour l'Environnement, l'Elevage et l'Agronomie de l'Agro de Montpellier. Plusieurs chercheurs de notre Unité enseignent à l'Agro.M dans ce cadre, en 1ère et 2nde année d'ingénieur. Notre contribution en 3ème année d'ingénieur (DAA) est significative dans les filières Développement Végétal Durable (PVD) et Viticulture et oenologie.

· la Formation supérieure universitaire : plusieurs chercheurs de notre Unité enseignent en Licence, d'autres assument la direction, ou la responsabilité de modules, de la spécialité Fonctionnement des Ecosystèmes Naturels Et Cultivés du Master Sciences et Techniques, mention Biologie, Géosciences, Agroressources, Environnement de l'Université des Sciences et Techniques du Languedoc Montpellier II.

· la Formation doctorale : notre UMR Rhizosphère & Symbiose adhère à l'Ecole Doctorale 167 Biologie des Systèmes Intégrés - Agronomie et Environnement. Cette adhésion se concrétise en particulier par l'organisation et la responsabilité de modules doctoraux, et l'encadrement de jeunes chercheurs en thèse et séjours post-doctoraux.

la Formation continue : plusieurs chercheurs de notre Unité s'impliquent dans la formation continue en direction d'enseignants, de conseillers agricoles et de membres d'organisations professionnelles qui exercent dans le domaine de la production agricole et sylvicole, et de l'aménagement et de la protection de l'environnement. Les formations continues mises en place par notre Unité sont :
· une Formation Fonctionnement biologique des Sols, cohabilitée par l'ENESAD et L'AGRO.M,
· un cycle de Formation à la Trufficulture, habilité par l'Agro.M,
· une Licence professionnelle Agriculture raisonnée, habilitée par l'Agro.M et l'Université Montpellier II,
· une Formation thématique Biologie et Biotechnologies d'aujourd'hui, module Mycorhizations habilitée par le CREUFOP Languedoc-Roussillon, l'Université des Sciences et Techniques du Languedoc, et l'Agro.M.
Réduire

- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : bacillus thuringiensis, blé dur, graminée, haricot, invertébré, légumineuse, mycorhize, nodosité, phosphatase, pin maritime, prion, racine, rhizobium
Question sociétale et finalité, contexte : relation plante-microorganisme
Echelle d'étude : rhizosphère
Afficher la suite
Objet d'étude : bacillus thuringiensis, blé dur, graminée, haricot, invertébré, légumineuse, mycorhize, nodosité, phosphatase, pin maritime, prion, racine, rhizobium
Question sociétale et finalité, contexte : relation plante-microorganisme
Echelle d'étude : rhizosphère
Dispositif technique et méthode d'étude : modélisation
Composé chimique, Facteur du milieu : cuivre, exsudat racinaire, oxalate, phosphore, polluant métallique, protéine insecticide, sol
Phénomène, processus et fonction : biodisponibilité, encéphalopathie spongiforme transmissible, fixation d'azote, nutrition des plantes, nutrition minérale, ph, structure des protéines, symbiose, tremblante
Réduire
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +