Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Impact agri-environnemental de systèmes de cultures
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : bananier, igname, résidu, système de culture, ver de terre
Echelle d'étude : labour
Dispositif technique et méthode d'étude : association, engrais, pratique agricole, rotation
Afficher la suite
Objet d'étude : bananier, igname, résidu, système de culture, ver de terre
Echelle d'étude : labour
Dispositif technique et méthode d'étude : association, engrais, pratique agricole, rotation
Composé chimique, Facteur du milieu : pesticide, sol
Réduire

- Description détaillée :
Diagnostic agri-environnemental des systèmes de culture s'appuyant sur une approche " space for Afficher la suite
Diagnostic agri-environnemental des systèmes de culture s'appuyant sur une approche " space for time " de la diversité de pratiques renseignées (nature, motivations) croisée avec les analyses de variables d'état et propriétés de sols (MOS, statut et propriétés chimiques, propriétés physiques, activité méso- et microbiologique) et des caractéristiques des peuplements (production de biomasse, infestation parasitaire). La démarche comporte trois étapes :1- Evaluer l'impact des systèmes de culture sur les pertes en terre, les stocks organiques, la biodisponibilité et le stockage de l'eau et des nutriments, la biodiversité fonctionnelle édaphique, en identifiant les pratiques maintenant ou dégradant la fertilité, et les sources de pollution des sols et des eaux. 2- En dégager des hypothèses d'interactions fonctionnelles qui sont ensuite testées par expérimentations factorielles. 3- Fournir des termes de cahier des charges et d'appréhendabilité des innovations qui seront proposées (lutte raisonnée, configurations culturales, localisation des intrants, associations ou rotations de cultures,...). L'enjeu de la durabilité agri-environnementale de l'agriculture n'est pas spécifique des tropiques. Cependant, les conditions de l'analyse de cette durabilité sont optimales aux Antilles pour deux raisons :
- sur de courtes distances se développe une extrême diversité de climats et de sols ;
- ces milieux supportent une grande diversité de systèmes de culture, notamment s'agissant des espèces cultivées, des successions et configurations culturales, des degrés d'intensification en intrants exogènes.
La diversité des effets intentionnels et non intentionnels des pratiques culturales, a condition qu'elle soit caractérisée avec méthode sur des axes de mécanismes, offre ainsi une palette de situations graduées permettant une lisibilité des impacts agri-environnementaux des pratiques, de leur efficience agronomique, et des voies de réduction d'intrants par « biologisation » de l'agriculture.
2002-2010. 2004 : publication des résultats concernant l'impact des différents systèmes de culture bananiers, entre la bananeraie pérenne sans intrant et la banane replantée fréquemment à intrants excédentaires. 2006 : diagnostic et modélisation de la pollution résiduelle des sols et des eaux par la chlordécone, première approche des contaminations relatives « racines » récoltées / sols. 2007 : étude des interactions fauniques nématodes / vers de terre, de leur sensibilité aux pesticides, et de leur impact écophysiologique sur le bananier. 2007 : diagnostic agronomique des systèmes de culture à base d'ignames (renfort par recrutement CR2). Parmi les cultures tropicales, la monoculture du bananier à fruits est probablement la plus fortement " minière " : contingente des marchés des pays développés exigeants en qualité et régularité des approvisionnements, elle a eu longtemps recours, pour résoudre les contraintes abiotiques et biotiques du milieu, à des quantités massives d'intrants, y compris de pesticides provoquant des pollutions graves des ressources en eau. En outre ces pratiques intensives sont fortement pressenties comme ayant des effets nocifs sur l'évolution de la fertilité des sols, dans ses composantes tant physiques que physico-chimiques ou biologiques. Il est donc urgent, pour la pérennité des cultures bananières, d'analyser les motivations et les impacts environnementaux de ces pratiques, et d'en proposer des alternatives minimisant les risques.
La crise économique traversée par la production bananière a incité des petits producteurs à se reconvertir vers les cultures de « racines ». Or la contamination des organes souterrains récoltés par la chlordécone, héritée des bananeraies des années 70 et 80, a provoqué une crise générale des cultures vivrières, dont il convient désormais de comprendre et qualifier les systèmes de culture. Enfin, la réduction inéluctable, dans un contexte tropical mais européen, des herbicides chimiques autorisés, contraint à inventer des systèmes de culture dans lesquels le recouvrement de cycles de cultures maîtrisées permettra une contention des adventices par compétition.
- CIRAD-FLHOR Guadeloupe (Ph. Cattan, M. Dorel) - Les actions sont coordonnées avec celles du CIRAD-FLHOR en Martinique (R. Achard, M. Jannoyer, P. Tixier) pour explorer la complémentarité de milieux et systèmes de culture.Objectifs :
1- évaluer l'impact des systèmes de culture à différents niveaux d'intrants et degrés d'imbrication de cycles sur les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols et sur la qualité environnementale (eaux, biodiversité, ressources du sol) ;
2- définir les meilleurs compromis entre les contraintes pour les cultures et l'impact agri-environnemental des intrants correctifs ;
3- Concevoir des voies de contributions ou régulations biologiques, fondées sur la biodiversité spatiale ou diachronique, permettant la réduction d'intrants. 1-. Diversité des systèmes de culture bananiers et de leur impact sur les propriétés physiques, chimiques et biologiques de la ressource en sol : - réduction de la faune du sol au seul nématode ciblé par les pesticides, réduction de la microporosité, accroissement de l'érodibilité, gaspillage d'azote et potassium sous les bananeraies les plus intensives (labours, fertilisation, chaulage, pesticides). - maintien d'une biodiversité faunique, d'une activité microbiologique, et d'un stockage maximal du carbone sous bananeraies pérennes sans pesticides.
2-. Modélisation des contaminations résiduelles des sols, des eaux et des plantes à organes souterrains récoltés par la chlordécone, en relation avec les types de sols et les systèmes de culture post-application.
3-. Faisabilité des systèmes de culture sur sols contaminés : seuil de contamination organes récoltés/sols, culture sur sols localement décapés.
Etude de l'impact des systèmes de culture sur les propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols. Qualification et amélioration des pratiques culturales, pour minimiser les intrants et leurs flux sortants, par l'amélioration de la biodiversité des sols et du couvert cultivé. Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +