Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Interactions plantes-environnement-bioagresseurs : épidémiologie et régulations biologiques
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Echelle d'étude : durée d'humectation
Dispositif technique et méthode d'étude : protection intégrée
Phénomène, processus et fonction : dispersion, interception de la pluie, nuisibilité de l'anthracnose
Afficher la suite
Echelle d'étude : durée d'humectation
Dispositif technique et méthode d'étude : protection intégrée
Phénomène, processus et fonction : dispersion, interception de la pluie, nuisibilité de l'anthracnose
Réduire

- Description détaillée :
Des approches expérimentales et de modélisation sont simultanément mises en oeuvre : mesure du Afficher la suite
Des approches expérimentales et de modélisation sont simultanément mises en oeuvre : mesure du microclimat distribué dans le couvert, digitalisation 3D des architectures aériennes, mesures impédancemétriques des architectures souterraines. Des tests biologiques sont utilisés pour quantifier les inoculums. Des modèles de distribution d'eau sur les plantes sont mis en oeuvre (PyDROP), des modèles simulant le microclimat sur des architectures sont utilisés ou développés (VEGESTAR). Le milieu tropical humide est très favorable aux maladies fongiques (rythme des précipitations, température et humidité de l'air) et telluriques (persistance de la végétation, température et humidité du sol). Pollutions avérées par les traitements phytosanitaires souvent peu efficaces sur les grandes cultures (banane), inefficacité et non homologation de produits sur les cultures vivrières (igname). Les compétences acquises en APC sur la mesure et la modélisation des architectures aériennes et souterraines sont mises à profit dans le cadre d'études épidémiologiques respectivement de l'anthracnose de l'igname et des nématodes de la banane. La compréhension des interactions entre architecture et processus de dispersion-développement de pathogènes permet d'envisager des méthodes de lutte physiques par manipulation des architectures ou biologiques. Des variétés d'igname résistantes à l'anthracnose ont été mises au point par l'INRA, et une meilleur connaissance des différentes étapes de la maladie est nécessaire pour gérer au mieux la durabilité de ces résistances et permettre de maintenir une production de variétés partiellement sensibles appréciées des consommateurs. La nuisibilité est abordée par la prise en compte de l'effet des maladies dans les modèles de culture existants ou en cours de mise au point. 2006-2010 : ce programme est en cours de démarrage dans le cadre de programmes fédérateurs entre les unités APC et URPV en collaboration avec le CIRAD-FHLOR. Les étapes envisagées sont 2006-2008 : mises au point de modèles biophysiques, 2009-2010 : évaluation de dispositifs de protection intégrée. La banane d'exportation de Guadeloupe a jusqu'à présent été conduite avec des pratiques agricoles intensives ayant provoqué des contamination avérées et durables de certains sols. L'avenir de cette spéculation dépend largement de sa capacité à produire en limitant fortement les recours aux intrants chimiques.
L'igname, est consommée par 300 millions de personnes dans le monde, et produite sur 4 millions d'hectares environ. Toutefois il n'y a pas d'homologation de produits phytosanitaires pour les cultures vivrières tropicales. La maîtrise du risque phytosanitaire passe donc exclusivement par des techniques limitant l'incidence des maladies (mode de conduire, arrangement spatial des plantes, mélanges vériétaux). Les recherches visent dans les deux cas, par une meilleure connaissance des pathosystèmes, à diminuer les atteintes à l'environnement et le gaspillage d'intrants d'application coûteuse.
- INRA-URPV (Unité de Recherche en Productions Végétales INRA-CRAG), G. Jacqua, S. Guyader. CIRAD-FHLOR Guadeloupe (J.M. Risède). UMR BIO-3P (B. Tivoli).Evaluer l'impact des architectures de couvert sur la dispersion et le développement de maladies fongiques aériennes. Manipuler les architectures pour réduire les risques épidémiques. Comprendre les régulations physiques et biologiques des nématodes phytoparasites de la banane. Modéliser la nuisibilité de l'anthracnose de l'igname et des nématodes de la banane. Mise en évidence de la persistance d'inoculum de Colletotrichum gloeosporïoïdes sur les résidus de culture d'igname, propagation directionnelle de l'anthracnose de l'igname liée au vent et à la pluie. Nuisibilité de la maladie : évaluation de l'effet de la date d'inoculation de l'anthracnose sur la production finale de l'igname. Etude des interactions physiques entre plantes et bioagresseurs : architecture aériennes et maladies fongiques (dispersion et développement) ; architecture souterraines et nématodes. Etude des interactions biologiques (nématorégulation). Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +