Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Gestion des populations invasives de vertébrés, développement de stratégies d'aide à la décision
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Dispositif technique et méthode d'étude : aide à la décision, carte de risque, gestion des invasions, lutte contre les ravageurs, stratégie d'eradication
Afficher la suite
Dispositif technique et méthode d'étude : aide à la décision, carte de risque, gestion des invasions, lutte contre les ravageurs, stratégie d'eradication
Réduire

- Description détaillée :
-Expérimentation successive dans différents contextes pour affiner le protocole d'intervention et Afficher la suite
-Expérimentation successive dans différents contextes pour affiner le protocole d'intervention et le valider (stratégie d'éradication, stratégie d'effarouchement global).
-Collaboration interdisciplinaire et avec les gestionnaires des espaces ou des espèces.-Travail sur Système d'Informations Géographiques (images de télédétection, cadastre,etc.). L'inquiétude internationale, et plus récemment nationale, concernant les impacts économiques, sanitaires et écologiques au regard des espèces invasives abouti à une demande explicite de moyens d'expertise et d'intervention. 1995 - 2002
-Validation des stratégies d'éradication des rats sur les îles.

2002 à ->
-Inventaire des espèces invasives de France et mise à disposition pour les décideurs.
-Validation de la méthode d'effarouchement global pour les dortoirs d'étourneaux.
-Mise au point d'une méthodologie « carte de risque ». Un des problèmes majeurs reste cependant le retard pris au niveau français et européen dans la considération des enjeux des introductions d'espèce dans la nature. Cette considération est cependant plus nette quand les impacts économiques ou sociaux sont bien lisibles. Par exemple la présence de forte densité d'espèces nouvelles en milieu urbain (étourneaux, goélands) a motivé le développement d'une méthode d'aide à la décision (carte de risque) et d'une stratégie d'intervention alternative (effarouchement global). Les travaux sont menés en relation étroite avec la profession agricole (FEREDEC), les gestionnaires d'îles réserves (ONCFS, Conservatoire du Littoral) et les municipalités.
Des collaborations scientifiques ont été mises en place notamment pour la construction des cartes de risque (AIP INRA-CIRAD « Aide à la décision ») avec l'UMR GAEL (INRA-Univ. Pierre Mendès France) de Grenoble pour les aspects socio-économique et avec le laboratoire COSTEL de l'Université de Rennes2 pour le traitement des images de télédétection.L'objectif est de concevoir et/ou d'améliorer des méthodes ou des techniques permettant de gérer efficacement les populations de vertébrés ayant, ou étant en train de, réaliser une invasion biologique. Les connaissances écologiques et éthologiques que nous avons acquises sur les rongeurs et les passereaux sont intégrés dans des modèles génériques d'aide à la décision (carte de risque) ou des protocoles techniques validés (méthode d'éradication). Par ailleurs nos travaux antérieurs d'inventaires des espèces invasives et de leurs caractéristiques doivent permettre d'alerter la société sur les risques potentiels de certaines espèces. -Mise au point d'une stratégie d'éradication associant piégeage et lutte chimique et validation sur différents rongeurs et dans différents contextes biogéographiques. Transfert en cours auprès de gestionnaire comme l'ONCFS.
-Construction d'un protocole général d'organisation logistique d'éradication de mammifères.
-Mise au point d'une stratégie de délocalisation des dortoirs d'étourneaux en milieu urbain ; expérimentation et validation sur deux villes de l'ouest de la France. Transfert en cours aux municipalités notamment via la construction d'un site internet.
-Construction d'un modèle de carte de risque intégrant les habitats potentiels de l'espèce invasive et les vulnérabilités pour l'homme ou ses biens. Les connaissances acquises d'une part sur la biologie des populations de mammifères introduits (Rat noir et Rat surmulot) et d'oiseaux réalisant des invasions naturelles ou introduits (Étourneau sansonnet, Bulbul orphée) et d'autre part les mécanismes en jeu que nous avons identifiés dans leurs installations et leurs propagations sont une base à la fois pour développer des propositions de stratégies de gestion de ces espèces mais aussi pour mener des expertises sur d'autres espèces invasives (Mangouste de Java, Goéland argenté, Ibis sacré, Grenouille taureau).
Un travail de pluridisciplinarité a été développé pour intégrer les différents acteurs dans les schémas de prise de décision et des modèles plus génériques sont en cours de construction. Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +