Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Caractérisation des résistances partielles en lien avec le développement épidémique
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : blé, champignon, colza, cucurbitaceae, cucurbitacee, féverole, fèverole, orge, plante fourragère, pois, pomme de terre, pommier, tournesol
Composé chimique, Facteur du milieu : maladie
Phénomène, processus et fonction : résistance variétale
Afficher la suite
Objet d'étude : blé, champignon, colza, cucurbitaceae, cucurbitacee, féverole, fèverole, orge, plante fourragère, pois, pomme de terre, pommier, tournesol
Composé chimique, Facteur du milieu : maladie
Phénomène, processus et fonction : résistance variétale
Réduire

- Description détaillée :
Approches biologiques (écophysiologie, microbiologie, cultures in vitro)
Approches moléculaires Afficher la suite
Approches biologiques (écophysiologie, microbiologie, cultures in vitro)
Approches moléculaires (RAPD, RFLP)
Expérimentations en serre et en plein champ (tests de comportement, nuisibilité des attaques)
Blé, orge : rouilles et oïdiums (Grignon), parasites nécrotrophes (Rennes) ; tournesol : Sclerotinia, Phomopsis, Plasmopara (Clermont) ; colza : Leptosphaeria, Sclerotinia (Rennes) ; plantes fourragères (Lusignan) ; protéagineux : Botrytis, Ascochyta (Rennes) ; pommier : Venturia (Angers) ; pomme de terre : Phytophthora (Rennes) ; cucurbitacées : oïdiums (Avignon) Les approches sont réalisées en étroite collaboration avec les équipes concernées du DGAP et font l'objet d'échanges avec d'autres équipes, soit du secteur privé national soit d'organismes de recherche étrangers. Une bonne connaissance des étapes nuisibles des infections pathogènes, l'analyse spatio-temporelle des populations de pathogène et leur évolution, l'identification des gènes de résistance, l'analyse du contournement de ces résistances constituent les étapes nécessaires à une meilleure gestion de la résistance variétale, dans une perspective durable de réduction des coûts et des pollutions liés à la protection des cultures contre les agressions parasitaires.
Grignon : blé, orge ;
Clermont-ferrand : tournesol ; Angers : pommier ; Lusignan : plantes fourragères ;
Rennes : blé, orge, colza, pois, fèverole, pomme de terre ; Avignon : melon. Activité dont les différentes étapes s'inscrivent dans une échelle de temps importante : évolution des populations pathogènes, sélection pour la résistance. Chronologie des étapes dépendante du modèle étudié. Fournir des informations et outils utilisables par les sélectionneurs.
Proposer des stratégies d'utilisation des variétés résistantes assurant une durabilité et une efficacité plus grande de ces résistances.
Contribuer à une réduction des coûts et des pollutions liées à l'utilisation de fongicides. -Sélectionner des plantes pour la résistance aux agents pathogènes
-Identifier les perturbations occasionnées par l'agent pathogène dans l'élaboration du produit récolté
-Définir la variabilité du pouvoir pathogène dans les populations de parasites, en fonction des sources de résistance existantes
-Identifier et caractériser les sources de résistance
-Mettre au point des tests de sélection des plantes pour la résistance aux maladies
-Gérer l'utilisation de variétés résistantes pour une meilleure efficacité et une plus grande durabilité Pour la plupart des maladies étudiées, des tests d'appréciation de la résistance sont mis au point et utilisés par les sélectionneurs du DGAP ou du secteur privé. Une description de variétés et géniteurs de blé pour leurs gènes de résistance spécifique au stade plantule a été faite, et la nécessité de diversifier les résistances spécifiques démontrée. Une nouvelle race de Venturia inaequalis a été mise en évidence. Trois gènes de résistance au Plasmopara ont été localisés chez le tournesol. De nouvelles races d'oïdium ont été mises en évidence et des gènes de résistance localisés chez le melon. Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +