Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Écologie évolutive et dynamique des populations d'insectes
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : céréale, diptère, entomophthorale, parasitoïde, puceron, solanum, virus
Dispositif technique et méthode d'étude : marqueur
Composé chimique, Facteur du milieu : diversite génétique
Afficher la suite
Objet d'étude : céréale, diptère, entomophthorale, parasitoïde, puceron, solanum, virus
Dispositif technique et méthode d'étude : marqueur
Composé chimique, Facteur du milieu : diversite génétique
Phénomène, processus et fonction : cycle biologique, déterminisme génétique, diversité génétique, dynamique des populations
Réduire

- Description détaillée :
Quantification des traits de vie des insectes et de leurs stratégies de reproduction par des Afficher la suite
Quantification des traits de vie des insectes et de leurs stratégies de reproduction par des expériences en chambres climatisées, étude de la variabilité intraspécifique. Chez les pucerons: (1) recherche de marqueurs moléculaires du type de cycle biologique, de biotypes (enzymatiques, ADN nucléaire et mitochondrial); (2) modélisation du polymorphisme des stratégies de reproduction et des relations avec les plantes hôtes,sous l'effet de contraintes sélectives (climat, plante); (3) application des techniques de génétique de population à l'appréhension des déplacements de populations. Établissement de modèles démographiques généraux (logiciels de biométrie) basés sur des résultats expérimentaux et des données de piégeage par le réseau AGRAPHID. La dynamique et la génétique des populations sont des sciences en pleine évolution. Leur application au cas des insectes et particulièrement des pucerons permet d'étudier les processus démographiques sous un jour nouveau : en effet ces derniers ont un mode de reproduction particulier (la parthénogénèse cyclique) qui leur fait répondre très rapidement aux contraintes sélectives tout en permettant le maintien d'un polymorphisme de leurs stratégies de vie, soit local, soit à une échelle géographique plus vaste. Le modèle puceron étant par ailleurs peu étudié, nous disposons d'un intéressant créneau scientifique nous permettant d'apporter une contribution originale à la biologie et à la génétique des populations animales. 5 ans ; indentification et application en 1995 de marqueurs du cycle de Rhopalosiphum padi à des échantillons piégés dans toute la France (réseau AGRAPHID). En 1996, étude de la variabilité moléculaire de Sitobion avenae. Diptères, Lépidoptères et pucerons sont les plus importants insectes ravageurs des cultures en Europe. Les pucerons sont à la fois des déprédateurs directs et des vecteurs de dangereuses maladies des plantes, à très fort pouvoir de multiplication et de dispersion. Dans un contexte de baisse des intrants, la lutte contre ces ravageurs sera d'autant plus efficace qu'elle sera basée sur une bonne connaissance scientifique de leur biologie et du fonctionnement de leurs populations. Les résultats attendus doivent permettre de modéliser les grandes fonctions biologiques intervenant dans les processus démographiques, et d'en déduire des méthodes de prévision des risques largement exploitables. C'est dans le cadre de cette activité que se situe l'exploitation scientifique du réseau de piégeage des insectes par aspiration (réseau AGRAPHID) géré et animé par le laboratoire. Ce réseau comporte 13 pièges essentiellement situés dans la moitié Nord de la France (7 INRA, 6 SPV), ainsi que 2 pièges en Belgique et 1 en Suisse. Il permet d'appréhender les composantes temporelles et spatiales de la biologie des populations de pucerons à une échelle qu'il serait impossible de prendre en compte par des collectes ou observations sur le terrain. Le laboratoire gère également un système de piégeage lumineux des lépidoptères et dispose d'une série de captures s'étendant sur 18 ans.1) Caractériser la diversité biologique et génétique des insectes et spécialement des pucerons, concernant en particulier les cycles de reproduction et les relations avec les plantes-hôtes et les ennemis naturels, et rechercher les marqueurs moléculaires correspondants, afin de modéliser les processus sélectifs sous-jacents.
2) Caractériser les processus de déplacements populationnels par les techniques d'échantillonnage et par les moyens de la génétique des populations (variabilité pour des marqueurs neutres : izoenzymes et ADN génomique).
3) Quantifier les processus démographiques (dynamique des populations) et épidémiologiques (virus) en fonction des contraintes sélectives étudiées en 1). Fabrication d'un marqueur SCAR du cycle biologique chez R. padi.
Mise en évidence de la variabilité moléculaire au sein de l'espèce E.neoaphidis, et conséquences épidémiologiques.
Mise en évidence d'une importante variabilité intraspécifique de vection d'un virus BYDV-PAV, par S. avenae, et caractérisation moléculaire et biologique d'un isolat non transmissible de PLRV. Un marqueur SCAR du cycle biologique a été obtenu chez le puceron R.padi et sera appliqué à des populations récoltées sur le terrain et capturées au réseau AGRAPHID. On a des marqueurs caractéristiques de souches de E.neoaphidis différant par leur pathogénie. La variabilité de vection des BYDV est intensément étudiée chez les pucerons des céréales. On a caractérisé un isolat non transmissible de PLRV. Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +