Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Interaction du densovirus avec la cellule d'insecte et intégration
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : densovirus
Dispositif technique et méthode d'étude : intégration stable, transgénèse
Phénomène, processus et fonction : vecteur d'expression
Afficher la suite
Objet d'étude : densovirus
Dispositif technique et méthode d'étude : intégration stable, transgénèse
Phénomène, processus et fonction : vecteur d'expression
Réduire

- Description détaillée :
Nos travaux utilisent différentes approches :
- culture cellulaire,
- construction de Afficher la suite
Nos travaux utilisent différentes approches :
- culture cellulaire,
- construction de génomes viraux recombinants,
Modèles : densovirus JcDNV, larves de Lépidoptères (Spodoptera littoralis, frugiperda...). Nos travaux s'inscrivent dans la thématique "transgenèse et génomique des Lépidoptères" développée à Lyon (UNS, CNRS) et Antibes (INRA).
Ils représentent également une contribution à l'étude des modalités d'expression et d'intégration des génomes de Parvovirus de Vertébrés. La production de protéines recombinantes d'intérêt en système cellulaire d'insecte.
Contrôle biologique des ravageurs. - Dr Robert Kotin (NIH)
- P. Tijssen (INRS - IAF, Canada)
- G. Chavancy, UNS INRA
- P. Couble, CNRS - Développer à partir des constructions dérivées des densovirus des outils utilisables pour la transformation stable de cellules d'insecte (Lépidoptères essentiellement) et la transgenèse. Nous avons identifié 3 transcrits du JcDNV, 2 impliqués dans la synthèse des 3 protéines non structurales, le 3ème dans la synthèse des 4 polypeptides structuraux. Le rôle respectif de ces derniers dans la morphogenèse virale a été précisé. Les fonctions biologiques de 2 des 3 protéines non structurales (NS1 et NS3)dans la réplication et probablement l'intégration dans le génome cellulaire, ont été établies . Les modalités d'intégration des vecteurs dérivés du JcDNV ont été élucidées. La transformation de cellules de Lépidoptère à partir de ces constructions a conduit à l'expession stable du transgène. Les densovirinae sont de petits virus de symétrie icosaédrique dont le génome est un ADN linéaire monocaténaire de 4 à 6 kb. Le genre densovirus est caractérisé par le fait que les séquences codant pour les protéines non structurales (protéines de réplication) et les protéines structurales (de capside) sont situées chacune sur la moitié 5' d'un brin (génome ambisens) alors que dans les deux autres genres (iteravirus et brevidensovirus), les gènes de protéines structurales et de protéines de capside occupent respectivement la moitié 5' et 3' du génome (comme chez les parvovirus de vertébrés).
Nos travaux ont pour objectif la construction de vecteurs d'expression stables à partir du densovirus.
Nous avons déjà montré que le densovirus de Junonia coenia (JcDNV), cloné dans pBR322 et exprimant sous contrôle du promoteur P9 des gènes marqueurs (lacZ, gfp) est capable de s'intégrer dans le génome des cellules hôtes. Les premières caractérisations de sites d'intégration suggèrent que les structures terminales en en épingle à cheveux ("hairpin") jouent un rôle essentiel dans ce processus.
Pour tester plus avant les potentialités du JcDNV comme outil de transgenèse, nous envisageons dans un premier temps, d'insérer entre les hairpins terminaux le gène de la GFP sous contrôle du promoteur 3XP3 (ou Pax6). La transfection de cette construction à des embryons de Lépidoptères doit permettre de détecter l'expression du transgène au cours du développement et son intégration dans la lignée germinale par l'analyse de la descendance.
Par ailleurs, la possibilité de maintien à l'état latent de densovirus de Lépidopères dans des populations naturelles fait l'objet d'un autre axe de recherche.
Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +