Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
SAD-CT2 : Gouvernance des territoires et des systèmes socio-écologiques
(CT)
- Mot(s) clé(s) :

- Description détaillée :
Le concept de gouvernance conduit à analyser les dynamiques territoriales comme résultant d’une Afficher la suite
Le concept de gouvernance conduit à analyser les dynamiques territoriales comme résultant d’une mise en réseau d’acteurs hétérogènes réunis dans la perspective d’un projet de développement territorial. Le partage, entre acteurs du territoire, des connaissances et des expertises laisse cependant à chacun d'eux une part importante d'autonomie dans ses choix stratégiques. Pour saisir les processus à l’œuvre dans le développement durable des territoires, les agronomes, les écologues et les chercheurs en sciences économiques et sociales analysent le territoire comme un système socio-écologique, « construit » via une gouvernance.

Dans cette perspective, ce champ thématique poursuit un double objectif :

- Analyser les dynamiques territoriales des activités agricoles et agro-alimentaires, des mosaïques paysagères, des concertations et des conflits autour des ressources territoriales ou autour des innovations. Au cœur de cette analyse se trouve l’étude des interrelations entre systèmes socio-écologiques et sociotechniques.
- Produire des démarches, des outils et des innovations pour accompagner la gouvernance des territoires ruraux et périurbains.


Axe 1 - Analyse des dynamiques des territoires ruraux et péri-urbains ; interrelations entre
systèmes socio-écologiques et systèmes sociotechniques

Dispositifs multi-acteurs pour la gestion des ressources territoriales
Les recherches visent à produire des connaissances sur les dispositifs de gestion des ressources territoriales, élément clef des systèmes socio-écologiques. Les travaux conduits dans ce champ s’appuient en particulier sur le concept de biens communs, s’appliquant à l’eau, aux ressources génétiques, à la biodiversité, ainsi qu’aux connaissances.
Dépassant l’approche classique, utilitariste, dans laquelle les biens communs sont donnés et n’ont qu’à être gérés, il est considéré que ces biens sont construits et organisés par les acteurs, et les recherches s’intéressent aux innovations (outils, modes d’organisation…) qui sous-tendent cette construction. Les investigations portent plus particulièrement sur les ressources génétiques animales et végétales (articulation entre conservation in situ et valorisation par des filières locales), la biodiversité (gestion
multiacteurs et multiscalaire des mosaïques paysagères et des services écosystémiques), la ressource en eau (reconfiguration des systèmes agricoles d’un bassin de captage, gestion collective de l’eau pour l’irrigation), le foncier (déterminants économiques, sociaux, réglementaires des dynamiques foncières, dans les territoires ruraux et périurbains, et conséquences pour les services écosystémiques).


Filières et dynamiques territoriales
Dans un contexte de forte globalisation des marchés et des normes, les processus territoriaux n’en influencent pas moins la dynamique des filières de l’agro-alimentaire. Il s’agit d’étudier comment le territoire influence les formes d’ancrage, la capacité d’innovation et les modes de coordination des acteurs des filières qui y sont localisés, avec 2 entrées complémentaires :
- Le concept de système agro-alimentaire localisé (SYAL). En analysant de manière systémique les dynamiques territoriales, agricoles et agro-industrielles, il permet de renouveler les recherches sur la construction de la typicité des produits (indications géographiques) et sur la valorisation agro-industrielle ou artisanale des produits locaux. Il s’agit également de donner plus d’ampleur, en collaboration avec le CIRAD, aux approches comparatives internationales (mise en relation du local et du global), afin d’en dégager des enseignements pour les politiques publiques.
- Les fondements territoriaux de la capacité d’innovation des organisations de l’agro-alimentaire et des agro-industries (coopératives, industries alimentaires, entreprises en charge de ressources naturelles). Une attention particulière est portée aux formes spatialisées de coordination des acteurs pour innover (Réseaux d’innovation, grappes d’entreprises, pôles de compétitivité,…) et à leurs conséquences sur les transitions sociotechniques.

Coopération et conflits dans les territoires
Les recherches s’intéressent, au sein des territoires ruraux et périurbains, aux deux versants de la proximité territoriale, la coopération et le conflit. La coopération est promue par de nombreuses procédures institutionnelles, ou résulte d’actions collectives impulsées par les acteurs. Les conflits d’usage sont l'expression démocratique d'oppositions, souvent légitimes, entre des acteurs territoriaux. Les recherches s’attachent à préciser en quoi les conflits portant sur le foncier, l’air, l’eau, les nuisances de voisinage, contribuent à la gouvernance des territoires, selon les modalités de leur expression ou de leur accompagnement. Concernant les coopérations, sont étudiés les outils, les dispositifs et les instances que les acteurs mobilisent pour structurer l’action collective et innover dans les territoires. Les conditions de réussite et les impacts des innovations territoriales sont analysés en termes de résultats obtenus au regard des objectifs affichés, mais aussi d’effets induits dans d’autres sphères d’action.
Dans une optique d’appui à l’action publique, le concept de gouvernance multi-niveaux est mobilisé pour analyser la construction, sous la pression de l’urbanisation et des exigences environnementales (trame verte et bleue, par exemple) de nouveaux agencements territoriaux des activités, agricoles et autres. Dans le prolongement de la prospective Agrimonde, la question de la sécurité alimentaire des villes sera approfondie, en relation avec l’évolution de l’agriculture de proximité (orientations productives, concurrences foncières, …). Ainsi, la manière dont les collectivités territoriales s’organisent pour intégrer les problématiques agricoles, environnementales et alimentaires est analysée.


Axe 2 : Appui à la gouvernance et ingénierie territoriale.

Les recherches de cet axe visent à produire des connaissances, modèles et outils pour favoriser la gouvernance des territoires, susciter l’innovation territoriale et accompagner les transitions techniques et organisationnelles au sein des systèmes socioécologiques. Il s’agit de développer une ingénierie territoriale, comme ensemble de concepts et de méthodes pour accompagner les dynamiques de changement dans les territoires et favoriser l’innovation, en mobilisant de manière coordonnée les différents acteurs concernés.

Co-construire des outils et des démarches pour l’ingénierie territoriale
L’objectif est d’aider des collectifs d’acteurs hétérogènes à mettre en débat leurs visions du territoire, et à explorer différents scénarios d’avenir, de manière à se concerter autour d’innovations collectives, et à générer les apprentissages nécessaires à leur développement. Le travail engagé sur les méthodes de modélisation d’accompagnement ainsi que les recherches sur la construction de projets de territoire sont poursuivis. Un travail méthodologique sur la scénarisation pour l’integrated assessment est entrepris, et sont étudiées les méthodes de construction de scénarios de changement des systèmes sociotechniques au niveau des territoires et les modalités du couplage entre scénarios et modèles, pour anticiper l’évolution des systèmes socio-écologiques. Des travaux de modélisation, à différentes échelles, de la localisation des activités agricoles sont réalisés, car ils sont essentiels pour la construction de scénarios spatialisés des systèmes socio-écologiques.

Définir les compétences pour le développement territorial
Les recherches portent sur les transformations des métiers du développement territorial. Il s’agit d’étudier la question de la valorisation des connaissances et des expériences individuelles et collectives des acteurs, de leurs savoirs sociaux et des modalités d’articulation des compétences au service du projet de territoire. Les recherches s’appuient en particulier sur les dispositifs de formation au développement territorial (recherche-formation-action) pour (i) préciser les nouvelles compétences à acquérir, la teneur des besoins des acteurs ainsi que les méthodes et dispositifs d’accompagnement ; (ii) expérimenter des dispositifs partenariaux innovants à mettre en place avec des professionnels du développement territorial.
Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +