Vous cherchez...

 
Une recherche
   
   
 
 
Effets et modes d'action des toxiques environnementaux
(ACR)
- Mot(s) clé(s) :
Objet d'étude : abeille, cellule, invertébré, souris, ver de terre, vertébré
Démarche, discipline : Ecotoxicologie, Toxicologie
Echelle d'étude : environnement
Afficher la suite
Objet d'étude : abeille, cellule, invertébré, souris, ver de terre, vertébré
Démarche, discipline : Ecotoxicologie, Toxicologie
Echelle d'étude : environnement
Dispositif technique et méthode d'étude : dose faible, neurotoxicologie, synergie
Composé chimique, Facteur du milieu : pesticide, polluant
Phénomène, processus et fonction : effet sublétal, électrophysiologie, mode d'action
Réduire

- Description détaillée :
Les effets des toxiques environnementaux sont étudiés en considérant non seulement des niveaux Afficher la suite
Les effets des toxiques environnementaux sont étudiés en considérant non seulement des niveaux d'exposition sublétaux mais aussi une action chronique à très faibles doses (< 0.1 µg/kg de milieu, de masse corporelle ou d'aliment). Les effets sont considérés au niveau de la population et de l'individu en analysant les effets physiologiques, comportementaux, moléculaires et cellulaires.
Les recherches sont particulièrement intenses sur l'abeille, insecte utile pollinisateur, protégé par la loi et utilisé comme espèce modèle dans la procédure d'enregistrement des pesticides.
Les études sur les effets des toxiques environnementaux sont motivées par l'altération croissante de l'environnement, notamment par la génération des molécules xénobiotiques dont la toxicité n'est, a priori, pas ou peu connue. Elles visent à comprendre l'action des toxiques à des niveaux d'exposition souvent inférieurs aux limites de détection des méthodes analytiques les plus performantes. Au cours des 4 prochaines années, les travaux porteront essentiellement sur l'action d'insecticides neurotoxiques agissants à faibles niveau chez l'abeille : les insecticides considérés sont les néonicotinoïdes de deuxième (thianicotinyles) et de troisième (furanicotinyles) générations et les insecicides phénylepyrazoles.
Les recherches seront focalisées sur la caractérisation des cibles secondaires responsables d'effets à des niveaux d'expositions < 0,05 µg/kg pour les néonicotinoïdes et < 0,01 µg/kg pour les phényles pyrazoles.
Dans un premier temps, la toxicocinétique de ces insecticides sera caractérisée afin de mieux comprendre l'action de ces insecticides.
Dans un deuxième, temps la toxicité chronique des métabolites végétaux de ces insecticides sera étudiée.
Dans un troisième temps, en se fondant sur la toxicocinétique et la toxicité des métabolites, le mode d'action sera étudié en considérant des effets sur des cibles secondaires, autres que celles responsable de l'effet insecticide.
L'altération de la qualité de l'environnement touche à la fois les systèmes productifs (agro-écosystème, élevage, agriculture, etc.) et les systèmes non productifs. Dans tous les cas, un environnement altéré abouti à une baisse de la biodiversité et à des dysfonctionnements de l'écosystème pouvant avoir des impacts sur la santé et l'activité humaines. Il importe donc de mieux comprendre la nature des effets des toxiques sur les espèces non cibles, et les mécanismes par lesquels ces derniers induisent leurs effets délétères, afin de pouvoir évaluer les impacts finaux sur l'homme et son environnement. Laboratoire de Pharmaco-Toxicologie Cellulaire et Moléculaire (INRA, Antibes)

Laboratoire de Biochimie et de Biologie de la Nutrition (Université Aix-Marseille 3)

Laboratoire des Xénobiotiques (INRA de Toulouse)

Institute of Visual Sciences (Australian National University, Canberra, Australie)

Laboratory of Animal Physiology (University of Thessaloniki, Grèce)
Objectifs scientifiques :

Étudier les effets délétères des très faibles doses de toxiques environnementaux et, plus particulièrement des pesticides, chez les invertébrés et les vertébrés terrestres.

Comprendre les mécanismes par lesquels les toxiques environnementaux induisent des effets délétères.

Générer des connaissances sur le fonctionnement des organismes biologiques.

Apporter des éléments de réflexions aux instances impliquées dans l'évaluation des risques environnementaux des toxiques et dans l'homologation des pesticides.

Apporter une expertise dans l'évaluation du risque environnemental.

Contribuer au développement de nouvelles méthodes et approches pour évaluer la toxicité des pesticides et déterminer le risque environnemental.

- démonstration d'une synergie, à doses sublétales, entre les insecticides pyréthrinoïdes et les fongicides azole, en utilisant des approches toxicologiques, biologiques et théoriques ;

- altération du vol de retour des abeilles par les pyréthrinoïdes à doses sublétales ;

- effets conjoints des fongicides azoles et des insecticides pyréthrinoïdes sur la thermogenèse de l'abeille ;

- variation saisonnière de la synergie entre les insecticides pyréthrinoïdes et les fongicides azoles ;

- toxicité différentielle de l'imidaclopride et de ses métabolites à hautes et basses doses chez l'abeille ;

- action ciblée de l'imidaclopride et de ses métabolites toxiques dans les tissus riches en récepteurs cholinergiques nicotiniques. Les études sur les impacts des toxiques environnementaux chez les vertébrés et les invertébrés terrestres visent à comprendre les modes d'action des toxiques, et particulièrement des pesticides, conduisant à des effets sublétaux délétères. Une attention particulière est portée sur un insecte terrestre aérien, l'abeille. Réduire

- Champs de rattachement :
 

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +